Ballet Royal de la nuit

Le théâtre de Caen affiche « Le ballet royal de la nuit », une oeuvre de cour qui n’avait pas été jouée depuis une unique représentation en février… 1653. Une « reprise » qui coïncide, par hasard, avec la découverte, dans les archives du Calvados, d’un exemplaire rarissime du livret de cette même oeuvre. 

Lors de la seule représentation du « Ballet royal de la nuit », le rôle d’Apollon était dansé par le roi Louis XIV lui-même, âgé alors de 15 ans. On était alors le 23 février 1653. Depuis, la pièce était quasiment tombée dans l’oubli et sa partition complètement perdue. Le livret de cette oeuvre de cour avait aussi quasiment disparu, on n’en connaissait pas d’exemplaire complet. Or, il vient d’en être découvert un en excellent état aux archives départementales du Calvados, à Caen, là même où est joué et dansé ce ballet de cour. Extraordinaire hasard, alors que l’oeuvre a été en quelque sorte recrée à partir du peu que l’on en savait et de ce que pouvaient imaginé les spécialistes de la musique de cette époque. C’est Sébastien Daucé, le chef de l’ensemble Correspondance alors en résidence au théâtre de Caen qui a reconstitué la partition.
 
Le ballet royal de la nuit
d’Isaac de Benserade
musique (au XVIIe siècle) de Jean-Baptiste Boësset, Jean de Cambefort, Michel Lambert (et sans certitude Jean-Baptiste Lully)

Ensemble Correspondances : chœur et orchestre 
Sébastien Daucé : direction et reconstitution musicales
Francesca Lattuada : mise en scène, chorégraphie et chorégraphie circassienne, scénographie et costumes