42ème rue

42nd Street est une adaptation d’un film des années 30, créée durant la grande dépression économique américaine.

Le spectacle nous emmène dans les coulisses d’un théâtre où l’on monte une comédie musicale. On a donc droit aux répétitions, aux intrigues en coulisses, à la star déchue remplacée in extremis par une jeune première, et à de grands numéros de claquettes absolument bluffants.

C’est une lettre d’amour à Broadway. Sur scène, le casting impeccable est constitué d’artistes quasi uniquement britanniques qui savent jouer, chanter et danser. Alexander Hanson, qui incarne le metteur en scène, a joué à Broadway. L’héroïne principale, Monique Young qui a 25 ans, sort à peine d’une des brillantes écoles d’art dramatique britanniques.

Entourés d’un ensemble de 30 danseurs et chanteurs, ils offrent une succession de tableaux, tour à tour drôles, émouvants, brillants, intimistes, qui swinguent comme un duo très harmonique entre star déchue et nouvelle jeune première. Le grand numéro de claquettes final plonge dans la 42e rue de New York, surplombée par des gratte-ciel, où s’agitent une faune de voleurs, prostituées, bourgeois et artistes.